Facebook

Association de Défense et de Sauvegarde des Moulins Normands-Picards

Les Moulins : Patrimoine, Biodiversité, Energie

 

Karine Hunkeler maire de Saint-Saëns, Xavier Batut député de la 10 circonscription et associations de défense des moulins tentent de sauvegarder les moulins à Saint-Saëns.

(© Le Réveil de Neufchâtel)

À Saint-Saëns (Seine-Maritime), le vannage Le Glacis est source de discussion, depuis plusieurs années, entre les propriétaires, la municipalité et le Syndicat mixte des bassins-versants de l’Arques. L’acteur environnemental travaille, entre autres, sur la mise en conformité des ouvrages hydrauliques en Pays de Bray pour permettre aux poissons de passer. Il est question d’installer une passe à poisson. L’ouvrage aurait pour conséquence la modification de l’actuel vannage et un impact sur le moulin, propriété de l’indivision Sahut-Farcy que les propriétaires souhaitent sauvegarder.


Par ailleurs, les propriétaires du moulin remarquent: «Mettre des tonnes de béton dans la Varenne, est-ce vraiment écologique?». Ils s’inquiètent aussi des conséquences futures sur la biodiversité présente au sein de la zone humide.

En 2018, le syndicat mixte des bassins-versants de l’Arques projetait l’installation d’une passe à poisson, en collaboration avec l’ancienne municipalité. «On a de la truite fario et de l’anguille. Mais l’objectif c’est de voir arriver les truites de mer et les saumons atlantiques voire les lamproies», observait dans nos colonnes Julien Edde, technicien Varenne pour les bassins-versants.

Mais avant de réaliser des travaux, il fallait déterminer à qui appartient le Glacis. «C’est une question qui s’est posée pendant longtemps» remarque Didier Filâtre, président de l’Association de Défense et de Sauvegarde des Moulins Normands-Picards. La commune est propriétaire du Glacis. «Mais pour faire les travaux, il faut acquérir des terrains complémentaires qui appartiennent à l’indivision Sahut-Farcy», ajoute Didier Filâtre. De fait, la municipalité doit se mettre en conformité. Pour ce faire, elle entend proposer un achat de terrain aux propriétaires du moulin.


Produire de l’électricité

«Il y a d’autres manières de permettre aux poissons de remonter facilement à moindre coût et sans impact sur le profil d’écoulement des deux bras», remarque Xavier Batut, député de la 10e circonscription.

«J’essaie de porter au niveau législatif la préservation et la protection des moulins», avance Xavier Batut.

«De l’électricité pour 150 à 200 foyers»

À l’initiative d’un temps d’échange réunissant propriétaires de moulins, associations de défense des moulins et la municipalité de Saint-Saëns, le parlementaire envisage de se servir des moulins «dans le cadre de transition énergétique pour développer l’hydroélectricité». Le député poursuit: «Il y a cinq moulins à Saint-Saëns. Ils pourraient fournir de l’électricité pour 150-200 foyers à Saint-Saëns».





Développer l’hydroélectricité

Président de l’Association de Défense et de Sauvegarde des Moulins Normands-Picards, Didier Filâtre a contribué, aux côtés d’autres fédérations et associations de défense des moulins en Normandie à l’élaboration du schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (Sraddet) à l’horizon 2030.
Le rapport fait en ce sens en 2019 indique que «la conservation des moulins anciens à travers leur remise en exploitation offre d’importants atouts notamment écologiques puisqu’ils maintiennent les zones humides de bordure, atténuent les phénomènes de crue, augmentent les volumes d’eau présents dans les cours d’eau, réduisent les assecs, participent à l’alimentation des nappes phréatiques tout au long de l’année». Mais ce n’est pas tout. «Ils préservent les milieux aquatiques abondants notamment lors des sécheresses et améliorent la qualité des eaux par le phénomène de dénitrification des eaux». Le rapport fait aussi valoir l’aspect touristique «industriel, patrimonial et vert» des moulins.
Par ailleurs, selon cette contribution de 2019, «l’hydroélectricité est la première source d’énergie renouvelable en France. La loi n°2015-992 de transition énergétique et pour la croissance verte du 17août 2015 encourage à cet égard le développement de la «petite hydroélectricité», notamment par la remise en exploitation des moulins».
Il est à noter que l’énergie hydroélectrique est la deuxième source de production d’électricité en France.




Didier Filâtre, président de l’Association de Défense et de Sauvegarde des Moulins Normands-Picards estime nécessaire la tenue «d’une étude complémentaire avant d’intervenir».

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.

OK